#GRENOBLE participe à la création du réseau des Villes et territoires accueillants

Publié le 11/10/18 à 00:00 dans Mes pratiques

Accueil des migrant·es : les communes en première ligne

Grande-Synthe, Lyon, Grenoble, Montreuil, Strasbourg, Saint Denis, Nantes, Ivry sur Seine: les communes fondatrices de l’association, ont en commun d’avoir expérimenté sur leurs territoires des actions concrètes pour l’accueil et le respect des droits fondamentaux des migrant·es. Dans un contexte européen et national de durcissement des politiques migratoires, les communes se retrouvent souvent, avec les associations et les ONG, en première ligne pour faire face aux enjeux de l’urgence du sort des exilé·es de tout âge.

Un réseau pour répondre à la crise migratoire actuelle et anticiper les crises migratoires à venir

Dans la lignée des discussions de la Convention nationale sur l’accueil et les migrations de Grande-Synthe, le réseau permettra d’abord une mobilisation collective pour enjoindre à l’Etat à remplir ses missions (notamment d’hébergement inconditionnel) et à respecter ses engagements internationaux (Protocole de Quito de l’ONU , Convention de Genève), européens (Pacte d’Amsterdam) et nationaux (Code des Familles et de l’Action Sociale).

Les collectivités membres appellent également au respect du principe d’inconditionnalité de l’accueil. Elles demandent la mise en place d’une stratégie nationale d’accueil  à la hauteur de la situation actuelle d’urgence, et en anticipation des crises migratoires futures.

Par ailleurs, ce réseau permettra aux différentes collectivités volontaires en la matière de partager leurs pratiques et expérimentations et de mettre en avant les réussites locales en matière d’accueil.

Un engagement supplémentaire de Grenoble comme terre d’accueil

Depuis 2014, l’engagement de Grenoble en faveur de l’accueil des migrant·es, s’est notamment traduit par l’interpellation du Gouvernement concernant l’ouverture de places d’hébergement d’urgence supplémentaires, l’abandon du projet de loi asile immigration et l’abrogation du délit de solidarité.

Sur le terrain, de nombreuses actions et expérimentations sont menées dans le domaine de l’hébergement et de l’accès aux droits. Ainsi, concernant l’hébergement, le Village d’insertion du Rondeau créé en 2014 permet de loger 130 personnes. De plus, plus de 80 personnes (ménages en urgence) sont quant à elles logées dans d’anciens logements de fonction d’instituteurs de la Ville. Toutes sont accompagnées dans leur vie quotidienne et leurs démarches d’accès à leurs droits. En 2015, la Ville a également ouvert une plateforme de coordination d’aide aux réfugié·es, qui a depuis permis l’hébergement de 400 migrant·es. En matière d’accès aux droits, Grenoble poursuit une politique active : publication en 2017 d’un guide pour les citoyen·nes étranger·ères; mise en place en 2018 de la Caravane des Droits (outil itinérant d’information sur les droits sociaux) ou l’Equipe Juridique Mobile (pour l’accès au logement et à l’hébergement des personnes en détresse). Enfin, Grenoble s’implique auprès des associations et de partenaires pour l’organisation d’événements et la réalisation de projets d’envergure locale, nationale et/ou internationale : tenue des premiers Etats généraux des Migrations en 2016, festival Migrant’scène qui a lieu chaque année mise à disposition gracieuse de locaux à l’APARDAP pour l’ouverture de la Maison des Accueilli·e·s, lieu de rencontre et de lien social pour les migrant·e·s.

 

Source : http://unevillepourtous.fr/2018/10/11/migrations-grenoble-participe-a-la-creation-du-reseau-des-villes-et-territoires-accueillants/

 


Les commentaires sont fermés pour cette actualité
test document titre
21/05/2021 - 16:21