Rencontre des Territoires accueillants du Grand Ouest à Bordeaux

logo anvita entier carreBlc RVB302
Publié le 21/03/24 à 16:00 dans Notre réseau

Vendredi 15 mars dernier s’est tenue la rencontre des Territoires accueillants du Grand Ouest organisée par la Ville de Bordeaux et l’ANVITA.

Cette rencontre a permis l’interconnaissance entre les membres du réseau ANVITA mais également le partage d’informations et de pratiques inspirantes à l’échelle régionale.

La journée s’est organisée en deux temps : une matinée destinée à l’échange entre élu·es et agent·es des différentes collectivités du grand ouest, et une après-midi ouverte au grand public comprenant deux tables-rondes abordant l'héritage et les réalités des migrations dans cette région.

  

10h : Échanges politiques « Personnes sans-papier : habitant·es de nos territoires aux droits incomplets »

Au cours de la matinée, les 18 collectivités et élu·es parlementaires présent·es ont eu l'opportunité d'échanger sur leurs constats et leurs pratiques d'accueil des populations exilées dans leurs territoires respectifs, ainsi que sur les défis et les limites auxquels ils font face dans la mise en œuvre de ces politiques.

11h30 : Conférence de presse

Lors de la conférence de presse, les représentant·es des territoires ont alerté sur la détérioration des conditions de vie et d'accueil des personnes exilées sur leurs territoires.

Harmonie Lecerf-Meunier, adjointe au maire de Bordeaux et vice-présidente de l'ANVITA, Agnès Destriau, conseillère départementale de Gironde, ainsi que Floriane Varieras, adjointe représentant la maire de Strasbourg, co-présidente de l'ANVITA, ont pris la parole pour attirer l'attention du gouvernement sur la précarité croissante des personnes exilées.

Au cours de leurs échanges, les représentant·es des territoires ont observé une augmentation généralisée du sans-abrisme, des obstacles administratifs accrus et des difficultés d'accès aux droits pour les personnes exilées dans leurs territoires.

👉 Pour consulter le Communiqué de presse des 18 territoires, cliquez ici.

12h-13h30 :  Pause déjeuner

La rencontre s’est poursuivie avec un déjeuner au restaurant Marie Curry, une structure destinée à l’insertion professionnelle des femmes exilées dans le domaine de la restauration et qui met à l’honneur les matrimoines culinaires des cuisinières.

14h : Visite du Musée d’Aquitaine

L’après-midi a commencé avec une visite pour les élu·es et agent·es des collections XVIIIe et XIXe siècles du Musée d’Aquitaine portant sur la traite négrière et l’histoire coloniale de Bordeaux.

14h30 : Ouverture des tables-rondes

Le Maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, s’est adressé au public et a rappelé l’engagement de la Ville dans l’accueil inconditionnel et la lutte contre tous les types de discriminations que ce soit par l’adhésion à l’ANVITA que par des actions comme le lancement de la campagne d’affichage public dans Bordeaux contre les discriminations et l’antisémitisme. Ce fut également l’occasion de célébrer la récente élection de la Ville de Bordeaux à la vice-présidence de l’ANVITA.

14h45 – 16h15 : Première table-ronde

La première table ronde a porté sur l'histoire des migrations et son impact sur les villes aujourd’hui, avec les interventions de :

  • Alioune Sy, Président du Cosim Nouvelle Aquitaine (Réseau des diasporas solidaires) et fondateur de Aqafi (Aquitaine Afrique initiatives) ;
  • Marie Vitoux, Adjointe à la Maire de Nantes en charge de l’ESS et de la mixité diversité dans l’emploi ;
  • Yann Le Formal, président du RAHMI (Réseau des Acteurs de l’Histoire de la Mémoire de l’Immigration) ;
  • Bénédicte Michalon, Géographe spécialisée sur les migrations au CNRS et à l’Institut Convergences Migrations.

Sandra Merlet, consultante historique, médiatrice culturelle et co-autrice du « Guide du Bordeaux colonial », a modéré les échanges.

16h30 – 18h : Seconde table-ronde

La seconde table ronde a porté sur les façons dont l’action sociale se confronte à la complexité du droit des étrangers, avec les interventions de :

  • Harmonie Lecerf-Meunier, Adjointe au Maire de Bordeaux aux solidarités, accès aux droits et aux seniors ;
  • Amélie Pinel, représentante du Collectif Nos services publics ;
  • Jonathan L’Utile-Chevallier, coordinateur de la Maison des Livreurs de Bordeaux
  • Khalifa Koeta, livreur et représentant de la Maison des Livreurs

Catherine Gauthier, Professeure en droit public et Vice-présidente de l’Université de Bordeaux, a modéré les échanges.

Enfin, le collectif anti-CRA de Bordeaux est intervenu pour dénoncer l’installation d’un nouveau centre de rétention administrative sur la commune de Mérignac et l’action répressive du gouvernement en matière de politique migratoire.

Nous remercions la Ville de Bordeaux d’avoir accueilli et organisé à nos côtés cette belle et enrichissante rencontre.

👉Retrouvez notre retour en images sur nos pages Instagram et LinkedIn.

👉 Les tables-rondes seront prochainement disponibles à l’écoute en podcast sur La Clé des Ondes, vous pourrez retrouver le lien ici.

 


Les commentaires sont fermés pour cette actualité